Spasmophilie = crises d’angoisse = crise de tétanie

Le mot spasmophilie est uniquement utilisé en France. Partout ailleurs la spasmophilie est rattachée Aux crises d’angoisse. C’est donc une sorte d’exception française. Vous ne trouvez quasi nulle part ce terme qui touche pourtant près d’une personne sur sept dans les pays occidentaux.
Est-ce que cela signifie que la spasmophilie n’existe pas comme l’expliquent souvent les médecins ? Non. Cela signifie tout simplement qu’on utilise un mot à la place d’un autre. Et que ce mot spasmophilie est encore plus mystérieux et renforce encore le sentiment de terreur qu’on a lorsqu’on doit faire face à ses crises de panique à répétition.

Ce qu’il y a de honteux, c’est pourquoi les médecins ont donné un nom aussi scientifique à ce problème s’ils ne sont pas capables de soigner et surtout si ils le dénigrent et le banalisent comme ils le font trop souvent en consultation en vous répondant que vous souffrez simplement d’un peu de stress.

Je sais encore reconnaître le stress de la terreur. Vous aussi. Une attaque de panique n’a rien à voir avec du stress. C’est comme comparer une Ferrari et un vélo. Tous les deux roulent mais pas à la même vitesse !

Les spasmophiles sont victimes de véritables attaques de panique lorsqu’ils font une crise de spasmophilie. L’attaque de panique correspond à une crise d’angoisse très violente. Elle provoque des symptômes et manifestations identiques à celles d’une crise de tétanie : malaises, crampes, vertiges, fourmillements dans les bras, oppression, sueurs, sensation de perdre connaissance, tachycardie…

Si vous voulez savoir comment j’ai guéri, cliquez ici